Livraison gratuite à partir de 20,00 € d'achats !

Pourquoi nous avons choisi l'association GroinGroin pour notre partenariat

Association refuge GroinGroin

Pourquoi un partenariat unique avec une petite structure?

Il y a de cela quelques mois, alors que je planchais sur un partenariat à mettre en place en vue de contribuer à la cause des cochons victimes de l’élevage intensif, je me suis demandé quel mode de fonctionnement adopter. Combien reverser et à qui? Grosse association internationale ou petite structure française ? Un partenariat unique ou multiple ?

La plupart des e-commerçants ayant adopté le même principe, à ma connaissance, proposent un partenariat multiple. Il y a ceux qui proposent au client de choisir lui-même l’association pour laquelle il souhaite qu’une partie de son achat lui soit reversée. Il y a ceux qui ne précisent pas comment sont répartis les reversements et puis… il y a ceux qui ne reversent rien en réalité ; ils constituent une liste d’associations caritatives trouvées ici et là sur le net pour afficher sur leur site une liste somme toute fictive.

Comme je l’évoquais dans la page à propos de cette boutique solidaire que j’ai mise sur pieds, je voulais proposer à nos client(e)s une vraie transparence, à la fois sur le fonctionnement financier de la boutique, mais surtout sur les effets concrets provoqués par leurs achats. J'explique sur cette même page pourquoi cette boutique est dédiée au cochon.

Il aurait été trop difficile de rendre compte de ces effets auprès de nos chers cochons en réalisant un partenariat avec une grosse association, comme WWF, la SPA ou encore 30 millions d’amis. En effet, il aurait été impossible de disposer d’un contact privilégié en leur sein pour relayer les dernières actions concrètes. C’est ce dont je me suis rendu compte en les contactant une par une pour leur parler de mon projet. Il me fallait donc travailler avec une petite structure.

 

Protéger les cochons en particulier

Association GroinGroin sauver les cochons

De plus, je voulais que l’argent récolté puisse bénéficier aux cochons directement, non pas pour faire du spécisme, mais pour créer un lien cohérent avec l’univers de la boutique. Eh bien oui, comment prendriez-vous le fait qu’en réalité l’argent que vous avez cru verser pour une cause en serve une autre ? Le sort des cochons vous préoccupe et je vous annonce demain que votre argent a servi à sauver des baleines, ce n’est pas très cohérent n’est-ce pas ? Alors certes la cause resterait légitime, mais ne remplirait pas la promesse affichée par la boutique, vous seriez un peu déçu(e) je pense… Et le problème est que ces grosses associations répartissent leurs dons de manière globale sur l'ensemble des causes qu'elles défendent.

Ce qui m’a charmé avec l’association-refuge GroinGroin, c’est déjà le nom ! On est en plein dedans ! Je m’y suis intéressé de plus en plus à mesure que je prenais connaissance de sa démarche sur son site. Une petite équipe motivée avait décidé, quelque part dans la Sarthe, de bâtir rien moins qu’un paradis pour cochons ! Elle existait depuis 10 ans et semblait être la seule à se spécialiser dans la protection du cochon. Ensuite le refuge a ouvert ses portes à d’autres animaux de ferme, mais c’est bien le cochon qui est au cœur de son activité. Malgré des recherches poussées sur le net, je n’ai pas trouvé d’autre association plus spécialisée que celle-ci. Elle me paraissait ultra-légitime, c’était devenu pour moi le partenaire idéal !

 

Un partenariat pas si facile à conclure!

J’ai donc contacté courant octobre dernier Caroline, directrice de l’association et propriétaire du terrain de 12 hectares où évoluent 36 cochons nains et 10 cochons de ferme. Elle semblait emballée par ma proposition et me promit de me donner ou non son accord de partenariat après réunion avec l’équipe du refuge. J’avais hâte de connaître sa réponse ! Mais j’ai vite déchanté… L’équipe n’y était pas favorable dans la mesure où elle sollicitait déjà beaucoup son audience pour récolter des dons à l’occasion d’évènements exceptionnels et surtout pour des urgences (un cochon malade nécessitant des soins vétérinaires importants par exemple). Elle ne voulait donc pas que cette même audience puisse être sollicitée davantage.

D’abord très déçu par ce rejet, j’ai commencé à revenir sur les possibilités de partenariat restantes, évoquées plus haut. Mais cela ne me satisfaisait pas du tout, je savais d’avance qu’il serait difficile de créer une ligne éditoriale avec une grosse association qui considèrerait à peine le projet. Je me suis vite ressaisi, me rendant compte que j’avais mal détaillé mon projet auprès de GroinGroin. Il ne s’agirait pas de solliciter sa communauté, puisque connaissant déjà l’association, celle-ci ne verrait aucun intérêt à acheter des articles pour qu’une part seulement soit reversée à la structure qu’elle connait déjà parfaitement ; cette communauté préfèrerait naturellement lui faire un don direct. Ce n’était pas la cible. L'idée était de faire connaître l'association aux habitué(e)s du shopping en ligne.

Je suis donc revenu vers Caroline en lui apportant cette précision capitale. Elle s’est montrée une nouvelle fois très ouverte, me promettant une nouvelle réponse prochainement après une seconde concertation avec l’équipe. Et cette fois ça a marché ! Seule condition : ne pas proposer de produits incompatibles avec l’étique de défense de la condition animale, pas de cuir donc, entre autres. Ça tombait bien, je n’en avais nullement l’intention !

 

Un bon démarrage, de bonnes perspectives

Sauver les cochons

Pour lancer rapidement le concept j’ai été contraint de sélectionner des fournisseurs à l’étranger, mais progressivement, si la boutique continue de bien tourner, je me tournerai de plus en plus vers des fournisseurs français proposant des matériaux bio ou même vegan. Cela engendrera un investissement plus important, chose qui m’est pour l’heure encore impossible, mais je suis très optimiste compte tenu de l’évolution de la courbe d’achats depuis ces presque 7 semaines d’activité. Ainsi, le concept sera pleinement tourné vers la bioéthique.

D’ailleurs, dites-moi dès à présent en commentaires de cet article si vous seriez disposé(e) à acheter sur cette boutique un article plus cher s’il est fabriqué en France et respectueux de la planète.

Prochain article : notre reversement pour le compte du mois de décembre 2018 !

 

Sébastien, fondateur de Sauver les cochons

2 commentaires

  • Bonjour, votre idée est formidable, le choix de votre partenaire semble très judicieux (une petite association qui fait du concret). Effectivement, concernant les matériaux et la production des objets, c’est la première question que je me suis posée en découvrant votre site : passer au bio/ made in France serait un argument supplémentaire très fort en faveur de vos produits. En tout cas, un grand merci pour ce que vous faites en faveur de ces animaux si intelligents, sensibles et sociaux que notre monde moderne exploite de façon si inhumaine et monstrueuse. Bravo à vous (et à votre femme pour le déclic :))

    Marie
  • Bonjour Sébastien,

    Je vous remercie d’avoir effectuer toutes ses démarches pour sauver nos amis les cochons.
    En effet, des produits locaux et respectueux peuvent être une bonne idée tant que les prix ne deviennent pas exorbitants.
    J’espère que ce commentaire aidera.
    Albane

    Albane

Laisser un commentaire

Nom .
.
Message .

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être publiés